sollicitude


sollicitude

sollicitude [ sɔlisityd ] n. f.
• v. 1265 appliqué aux choses; lat. sollicitudo
1Attention soutenue, à la fois soucieuse et affectueuse. intérêt; affection. « Il veillait sur lui avec une sollicitude inquiète » (R. Rolland). Une sollicitude toute maternelle. Écouter qqn avec sollicitude.
2Témoignage de cette attention. Il « était peu attendri par toutes les sollicitudes et toutes les tendresses de son grand-père » (Hugo).
⊗ CONTR. Indifférence.

sollicitude nom féminin (latin sollicitudo, trouble moral) Soins attentifs, affectueux à l'égard de quelqu'un : Être plein de sollicitude à l'égard d'un malade.sollicitude (synonymes) nom féminin (latin sollicitudo, trouble moral) Soins attentifs, affectueux à l'égard de quelqu'un
Synonymes :
- prévenance
Contraires :
- indifférence

sollicitude
n. f. Prévenance que l'on a pour qqn, ensemble des égards, des soins attentifs dont on l'entoure. La sollicitude maternelle.

⇒SOLLICITUDE, subst. fém.
A. — Vx ou littér. Préoccupation, soin inquiet, souci. La fortune du maître se doubla dans le courant de l'automne; et, comme il pensait, depuis plusieurs années, à jouir sans sollicitude, au terme de son honorable vie, du fruit de ses longs travaux, il se décida bientôt, d'après les instances de sa famille, à faire passer sous mon nom, mais dans l'intérêt de notre nombreuse communauté, l'administration de la maison Finewood et compagnie (NODIER, Fée Miettes, 1831, p. 171).
P. méton., au plur. Manifestations concrètes de ce souci. Les soins et le sentiment de la vie rustique animent l'âme sans l'inquiéter; ils la rendent heureuse: les sollicitudes de la vie sociale l'agitent, l'entraînent, l'exaltent, la pressent de toutes parts; ils l'asservissent (SENANCOUR, Obermann, t. 2, 1840, p. 45). Ce livre (...) m'avait tenue dans un juste milieu entre l'inspiration céleste et les sollicitudes terrestres (SAND, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 290).
B. — 1. a) Soins attentifs et affectueux, constants, prodigués envers une personne ou une collectivité. Bientôt ce fut lui qui la lava, la peigna, l'aida à changer de linge, la porta de sa chaise à son lit. Il était d'une patience, d'une sollicitude qui la touchaient. On eût dit que se donner, se dépenser pour autrui était sa vie à lui (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 400). V. attention ex. 14.
SYNT. Affectueuse, bienveillante, extrême, pieuse, tendre sollicitude; sollicitude attentive, bienveillante, inquiète; être plein de sollicitude (pour qqn); dans sa sollicitude; entourer, envelopper qqn de sollicitude; regarder, surveiller qqn, veiller sur qqn avec sollicitude; étendre sa sollicitude à, pousser la sollicitude jusqu'à qqc., à faire qqc.; regard, geste de sollicitude; (être) l'objet de la sollicitude de qqn.
Sollicitude de qqn1 pour/à l'égard de qqn2, p. méton., ce qui le concerne. Être plein de sollicitude pour qqn. Les germes de cette vie supérieure, déposés en elle, se développent et s'épanouissent dans une charité sans limites, dans une sollicitude infatigable pour toutes les misères des pauvres (MONTALEMBERT, Ste Élisabeth, 1836, p. LXXXIX):
1. Il faut doser notre sollicitude et nos soins à son égard [l'enfant] entre l'excès et le défaut. Et, quand il souffre de quelque infortune physique, veiller à détourner ou à neutraliser les persécutions enfantines.
MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 600.
Sollicitude de + subst. ou sollicitude + adj.
♦ [Comme compl. déterminatif subjectif]
[Le compl. prép. ou l'adj. indique une relation] Sollicitude paternelle, maternelle, filiale, fraternelle, d'une mère, d'un père. Cette branche de l'administration des hospices [le Mont-de-Piété], dirigée aujourd'hui avec autant d'économie que de sagesse, n'est pas le moindre bienfait d'un gouvernement dont la sollicitude embrasse tous les besoins du pauvre (JOUY, Hermite, t. 3, 1813, p. 157). Les trois femmes, dont l'avarice est fameuse, occupaient bourgeoisement jadis toute la maison que la sollicitude notariale avait garnie d'un grand nombre d'armoires à glace en palissandre et de meubles d'acajou massif, couverts de reps (BERNANOS, Crime, 1935, p. 794).
[Le compl. prép. ou l'adj. indique une cause] [Votre lettre] est pleine de cette sollicitude de la vraie amitié qui fait redouter par-dessus toutes choses, que l'homme en qui on a mis une partie de soi-même se laisser aller à cesser d'être homme de bien (SENANCOUR, Obermann, t. 2, 1840, p. 104).
♦ [Comme compl. déterminatif objectif] Assez de respect de l'ordre légal, assez de sollicitude des intérêts du pays, (...) tel est le caractère de l'administration de Clarendon pendant sept années (GUIZOT, Hist. civilis., leçon 13, 1828, p. 29).
RELIG. CATH. La sollicitude des Églises. Ô toi que nous pleurons, pontife saint, dont la grande âme a porté avec tant de vigueur et de calme le poids aujourd'hui si pesant de la sollicitude de toutes les Églises (LAMENNAIS ds L'Avenir, 1831, p. 206).
En partic. L'infatigable sollicitude de la Providence, ses bienfaits partout manifestes dans les plus petits comme dans les plus grands phénomènes de la nature (COUSIN, Vrai, 1836, p. 170). La pensée pure d'Aristote, coéternelle d'un univers qu'elle n'a pas créé, (...) était remplacée par le Père Céleste dont la sollicitude créatrice s'étend jusqu'au brin d'herbe le plus humble qui croisse dans ses champs (GILSON, Espr. philos. médiév., 1931, p. 158).
P. anal. Le sentiment est pareil dans toutes les races. (...) et quelle sollicitude la femelle du crocodile ne montre-t-elle pas pour sa famille? Elle se promène entre les nids de ses sœurs, qui forment des cônes d'œufs et d'argiles (CHATEAUBR., Génie, t. 1, 1803, p. 203). Nous avons cette illumination soudaine devant certaines formes de l'amour maternel, si frappant, si touchant aussi chez la plupart des animaux, observable jusque dans la sollicitude de la plante pour sa graine. Cet amour (...) nous montre chaque génération penchée sur celle qui la suivra (BERGSON, Évol. créatr., 1907, p. 129).
b) P. méton., au plur. Manifestations concrètes de ces soins attentifs. De douces et fraternelles amitiés m'entouraient déjà de sollicitudes et de dévouements dont je ne méconnaissais pas le prix (SAND, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 94).
2. Soins attentifs et constants prodigués envers une chose. Chaque peintre, pourvu que sa personnalité soit fortement déterminée, donne dans son univers une place prépondérante, parfois presque exclusive, à quelque aspect élu de la nature. Il n'agit pas autrement que le poète. Combien révélatrice la sollicitude de Baudelaire pour les matières stériles! (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p. 279):
2. Marie Legagneux s'exaspérait de voir ce commis exiger des égards et attendait, dans la fureur de l'impatience, la fin de ses discours, pour réclamer aussi de la sollicitude envers sa marchandise.
HAMP, Marée, 1908, p. 46.
SYNT. Sollicitude attentive, constante; porter de la sollicitude à (faire) qqc.; avoir de la sollicitude pour, envers qqc.; être l'objet de la sollicitude de qqn; se pencher avec sollicitude sur qqc.
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1265 « soin avec lequel on s'applique à quelque chose » (BRUNET LATIN, Trésor, II, 47, éd. F. J. Carmody, p. 220), senti comme vx à la période class. (cf. MOLIÈRE, Femmes savantes, II, 7), tandis que Ac. 1694 note: ,,il n'a guere d'usage qu'en ces phrases. La sollicitude pastorale, la sollicitude des Eglises`` (v. aussi Ac. 1718-1778). Empr. au lat. sollicitudo « inquiétude, souci ». Fréq. abs. littér.:720. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 1 176, b) 1 071; XXe s.: a) 720, b) 1 050.

sollicitude [sɔlisityd] n. f.
ÉTYM. V. 1265; lat. sollicitudo.
1 Vx ou archaïque. Soin, préoccupation (→ Exercice, cit. 2; fosse, cit. 2; 1. mou, cit. 20; perspective, cit. 9.1; prévoir, cit. 3). || La sollicitude des choses à venir (→ Incertitude, cit. 8, Montaigne). Inquiétude, souci.
REM. Le mot était considéré comme archaïque au XVIIe s. → Étrangement, cit. 2, Molière.
2 Mod. Attention soutenue, à la fois soucieuse et affectueuse, à l'égard d'un être cher, d'un travail. Intérêt. || Tendre sollicitude. Affection (→ Homélie, cit. 5). || Sollicitude maternelle (cit. 2). || Soigner qqn avec une sollicitude extrême (→ 1. Coucher, cit. 3). || Regard plein de sollicitude (→ Quêter, cit. 6). || Polir (cit. 1) un objet avec sollicitude.(Une, des sollicitudes). Témoignage de sollicitude.
1 (Marius) n'était point gagné et était peu attendri par toutes les sollicitudes et toutes les tendresses de son grand-père.
Hugo, les Misérables, V, V, II.
2 (…) il veillait sur lui avec une sollicitude inquiète, il lui donnait la main dans les mauvais pas, comme à une petite fille, il avait peur qu'il ne fût las, il avait peur qu'il n'eût chaud, il avait peur qu'il n'eût froid (…)
R. Rolland, Jean-Christophe, Le matin, II, p. 161.
CONTR. Indifférence.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sollicitude — Sollicitude. s. f. Soucy, soin affectueux. Il n a guere d usage qu en ces phrases. La sollicitude pastorale. la sollicitude des Eglises, Qui signifient la vigilance pastorale, le soin que les Evesques sont obligez d avoir des Eglises qui leur… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • sollicitude — (sol li si tu d ) s. f. 1°   Soin plein de souci. Cette affaire lui cause beaucoup de sollicitude. Chrysale : Et vous n avez nul soin, nulle sollicitude Pour. •   ... Philaminte : Ah ! sollicitude à mon oreille est rude ; Il pue étrangement son… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SOLLICITUDE — s. f. Soin affectueux. La sollicitude pastorale. La sollicitude maternelle. On l a soigné avec sollicitude, avec une vraie, une tendre sollicitude.   Il signifie également, Souci, soin inquiet. Cette affaire lui donne, lui cause beaucoup de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SOLLICITUDE — n. f. Soin affectueux. La sollicitude maternelle. Elle l’a soigné avec sollicitude, avec une tendre sollicitude. Entourer quelqu’un de sollicitude. Témoigner de la sollicitude à quelqu’un. Il signifie également Souci, soin inquiet. Cette affaire… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Sollicitude — Sur les autres projets Wikimedia : « Sollicitude », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) La sollicitude est une forme littéraire, généralement composée de trois vers, qui expose un fait concernant une personne (inconnue),… …   Wikipédia en Français

  • sollicitude — nf. solissituda (Villards Thônes) ; => Attention …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • ATTENTION — Chacun sait quand utiliser les verbes: regarder ou écouter plutôt que voir ou entendre; chacun identifie sans peine les nuances qui différencient des expressions comme: faire attention, surveiller du coin de l’œil, ne pas prêter attention,… …   Encyclopédie Universelle

  • Care (sciences sociales) — Pour les articles homonymes, voir Care. Le care est une réflexion et une position éthique et politique relative à l ensemble des aides et soins apportés en réponse concrète aux besoins des autres, dans des économies formelles ou informelles (à la …   Wikipédia en Français

  • INTÉRÊT — Dès l’apparition des premiers essais de réflexion sur la vie économique, le phénomène de l’intérêt n’a cessé de soulever de multiples controverses, engendrées par l’interférence, certes légitime, de principes éthiques, de préceptes politiques et… …   Encyclopédie Universelle

  • paternel — paternel, elle [ patɛrnɛl ] adj. et n. m. • 1180; du lat. paternus 1 ♦ Qui est propre au père (comportement, sentiments). Sentiment paternel. Autorité paternelle. Par ext. Qui semble venir d un père. « un petit garçon, bête à ravir, confié aux… …   Encyclopédie Universelle